Seconde guerre mondiale : la fiction et l’actualité

Par hasard, je finis ‘La part de l’autre », d’Éric Emmanuel Schmitt au moment où enfle une double polémique politique portant sur la seconde guerre mondiale : Marine Le Pen affirme que la France n’est pas responsable de la rafle du Vel d’Hiv, et le porte-parole de la maison blanche affirme qu’Hitler était moins monstrueux que Bachar Al Assad car lui n’avait pas utilisé d’armes chimiques contre son propre peuple.

part-autre.jpg

Or, la Part de l’Autre pose la question suivante : que se serait-il passé si Adolf Hitler avait été admis aux Beaux-Arts durant sa jeunesse, au lieu d’être recalé, comme ça a été le cas. Nous suivons ainsi deux personnes distinctes, Adolf H., qui a réussit son examen, et Hitler, qui le rate, dans deux vies parallèles. Celle d’Adolf H. est une pure fiction, celle d’Hitler est une biographie romancée. Va-t-il évoluer différemment ? La face du monde sera-t-elle été changer ? Je vous laisse lire le livre pour le découvrir.

Fictionnalité, actualité. Nous avons deux déformations de l’histoire radicalement différentes.

La première, la “Part de l’Autre” est romanesque. Elle affiche clairement que ce qui suit est une fiction. Au travers de cette dernière, nous suivant néanmoins l’actualité du XXième siècle. Nous sommes amené à penser le réel, à réfléchir sur l’évolution des individus, même les plus « monstrueux ». L’environnement fait-il l’homme, à quel point peut-il le transformer ? A quel point un homme peut-io impacter son époque ?

Du côté de l’actualité, nous avons une vision des faits qui contredit à peu près tous les travaux d’historiens de ces soixante dernières années, à savoir la non implication de la France dans cette rafle, et la non utilisation d’armes chimiques de la part d’Hitler.  Ces opinions sont posées comme une réalité par des personnes au pouvoir ou aspirants à l’être.

La fiction est un mensonge assumé. Tout comme l’acteur n’est pas le personnage, l’auteur n’est pas le narrateur, nous savons qu’il y a une part de faux dans “la Part de l’Autre”. Nous avons conscience que cette illusion nous permet de réfléchir à notre réalité. Mais que se passe-t-il lorsque, au contraire, on cherche à faire passer des fictions pour la réalité ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s