La cloison de verre

Connaissez-vous l’expérience de Milgram ?

Milgram.jpg

Entre 1960 et 1963, le psychologue américain John Milgram recrute des volontaires et leur propose une expérience moyennant 4 dollars (une somme à l’époque ! Comme quoi, l’inflation n’a pas besoin d’un changement de monnaie pour se développer) :

Le volontaire est placé dans une pièce en compagnie d’un scientifique, garant du bon déroulé de l’expérience. Il doit faire apprendre à une troisième personne, située dans une pièce voisine, une succession de mots. Les deux pièces sont séparées d’une cloison de verre, ainsi le volontaire peut voir l’élève. Jusque-là, rien de compliqué.

Sauf que cette troisième personne, l’élève, est reliée à un réseau électrique. A chaque mauvaise réponse, le volontaire lui envoie une décharge électrique via un panneau de contrôle, sur lequel il augmente l’intensité à chaque nouvelle erreur de l’élève jusqu’à un maximum de 450 V.

Expérience_de_Milgram
Par Paulr — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2185982

Vous ne serez en aucun cas responsable des conséquences de cette expérience

 précise d’emblée le scientifique. Par contre :

Il est impératif de continuer à augmenter les décharges, sous peine de fausser les résultats.

L’expérience commence. Dès 75 V, l’élève signale des picotements désagréables. Alors que le voltage augmente , l’élève va peu à peu se tordre de douleur et finir par supplier au volontaire d’arrêter.

Généralement le volontaire ne s’arrête pas. Au total, 62,5% des personnes iront jusqu’à l’extrême limite du voltage, 450 V, malgré les hurlements de douleur de l’élève et l’indication sur leur panneau de commande « Attention, choc dangeureux. La totalité des participants dépasseront le cap des 150 V.

62,5% des participants, donc, vont infliger une souffrance de 450 V à une tierce personne. Mais ce que les volontaires ignorent, c’est que le scientifique et l’élève sont en réalité des comédiens, et qu’aucune décharge n’est administrée. Le “scientifique”, sûr de lui, blouse de circonstance, insiste pour continuer dès que le candidat témoigne de ses hésitations. L’élève, lui, doit graduellement se tordre de douleurs en fonction de l’intensité du voltage.

Alors que le volontaire pense être l’acteur d’une procédure de vérification des capacités d’apprentissage, il est en réalité le sujet d’une expérience sur la soumission .

John Milgram cherchait à savoir jusqu’où nous sommes prêt à obéir à une autorité qui nous semble légitime, ici un scientifique sûr de lui, même si les actions qu’on nous impose sont contraires à notre morale. Les résultats dépassèrent ses prédictions les plus pessimistes.

(Demandez vous après pourquoi tous les acteurs des pubs de dentifrices ne peuvent pas s’empêcher d’arborer une belle blouse blanche, qui semble attester que, oui, ce fluor là va changer votre vie contrairement aux autres, pourtant identiques.)

L’expérience sera renouvelée à de nombreuses reprises pour multiplier les contextes et assurer une assise scientifique au procédé. A chaque fois, le résultat sera proche de ceux obtenus par Milgram : entre 60 et 70% des personnes dépasserons le cap des 450 V.

Qu’en déduire ?

Je tracerai pour ma part deux lignes de réflexions.

Tout d’abord, faisons preuve de modestie. Le livre « La part de l’autre » nous montre à quel point les circonstances peuvent transformer l’homme. De même il est facile, bien lové dans notre morale, d’affirmer que dans une telle situation, bien sûr, on ne se laisserait pas faire. On brandirait nos principes en étendards et claquerait la porte de cette pièce et de cette expérience. Mouais. Sans être nous-même soumis aux mêmes conditions, nous ne pouvons pas revendiquer notre révolte face à l’autorité de cette blouse de scientifique.

De même, il est facile de se gausser, d’avancer que de toute façon, l’homme est une saloperie, vérolé jusqu’à la morale. Alors foutu pour foutu, autant saccager la planète, découper les bébés phoques et piétiner les faibles puisqu’au final, nous ne sommes bon qu’à cela. Avancer la nature mauvaise de l’homme est la plus faible justification des pires horreurs.

A l’époque des lumières, Montesquieu nous sort l’Esprit des Lois, sympathique pavé, nuits blanches de vos heures lycéennes, qui nous parle de séparation des pouvoirs, législatif (écrire et voter les lois), exécutif (appliquer les lois), judiciaire (contrôler le respect de loi). Mais pourquoi cette séparation ? Tout simplement pour éviter le despotisme, tendance naturel de l’être humain, et garder un “gouvernement sain”. Connaître nos faiblesses, très bien. S’y complaire : absurde. S’en prévenir est sain.

Quelques précisions.

Avant d’arriver à la conclusion de ce texte, je tiens à faire part de quelques variations effectuées pour cette expérience.

Au fil des résultats, Milgram nota que la distance entre le volontaire et l’élève impactait les résultats. Plus le volontaire est physiquement proche de l’élève, moins il accepte d’infliger les décharges. Dans le cas où il n’y a pas de cloison, le nombre de personnes acceptant de continuer chute drastiquement (seul 30 % des volontaires infligeront le choc maximum).

Enfin, l’expérience sera reproduite par France Télévision en 2009, s’inspirant de Milgram, dans le cadre d’une (fausse) émission de télé réalité appelé « Zone Xtreme ». Les conditions sont sensiblement les mêmes, mais le scientifique est remplacée par une présentatrice de télévision encore plus incitative, et un public est présent. Au sein de cette expérience, le nombre volontaires allant jusqu’au voltage extrême avoisinera les 80 %, soit 20 % de plus qu’avec l’expérience de Milgram.

Et maintenant ?

Nous pouvons tirer de nombreuses réflexions de cette expérience. En voici une. Nous venons de voir que sans cloison de verre entre les personnes, l’empathie reprend ses droits, le volontaire refuse de faire souffrir l’élève. Remettons la cloison, l’empathie s’amenuise.

Transformons cette cloison de verre en plexiglas sur lequel vous lisez ce texte. Bien à l’abri derrière votre écran, coupés des empathies humaines, n’est-il pas plus facile de faire souffrir les personnes à décharges de tweets foudroyants et messages sous tensions ? Les réseaux sociaux saturent de ces posts électriques qui court circuitent la moindre réflexion dans ce vaste océan numérique.

L’expérience de Milgram démontre que plus nous sommes loin de la personne, moins nous avons de scrupule à la faire souffrir. Sur le Réseau, la distance se compte en centaines de kilomètres de câbles Internet. Comment ressentir ce qui affectera l’autre ? S’intéresse t on seulement à ce ressentit ? Non, bien sûr. Trop loin. Trop virtuel. L’écran de notre ordinateur est un verre pilé qui concasse nos perceptions en datas et pixels.

Lors de l’expérience, le scientifique précise que le volontaire ne sera pas responsable des conséquences. Et nous ? Ne sommes-nous pas persuadé de notre immunité en lâchant ces messages ? Nous écrivons, postons, oubliant qu’ils atteignent une personne de chair, d’os, et d’émotions. Notre destinataire n’est qu’une caricature, simple incarnation de son message qui nous fait réagir car trop tolérant, trop intolérant, trop machiste, trop féministe. Nous pensons être absous et, poussé dans l’arène par ces millions d’yeux anonymes qui scrutent le web telle les caméras d’une télé réalité permanente, nous sommes poussé vers nos extrêmes au mépris des conséquences.

Et enfin, telle l’expérience, nous pensons que ça n’arrive qu’aux autres. Je n’obéirai pas au scientifique. Des textes haineux, moi ? Jamais. !

Soyez honnête… soyons honnête. N’y a-t-il jamais eu de moment où vexé, frustré, énervé, nous avions simplement besoin de nous défouler ? Puis, ayant éructé notre fiel, un peu honteux (ou pas), nous avons éteint notre ordinateur sans jamais retourner sur ce fil de conversation. De peur, peut-être, de voir les conséquences de nos mots.

En conclusion de son expérience, Milgram  précise que les gens ne sont pas naturellement sadiques. Ils sont simplement poussés par cette autorité légitime. De même, les messages haineux, violents, misogynes qui pullulent sur le web ne sont pas forcements écrits par des gens haineux, violents, misogynes. Protégé par l’illusion d’immunité, à l’abri derrière la cloison de verre de leur ordinateur, ils coupent simplement leur empathie par des messages lapidaires.

Mais si on pousse jusqu’au bout cette comparaison entre l’expérience et nos actions sur la toile, il manque l’élément déterminant : quelle est donc cette autorité légitime à laquelle nous nous soumettons lorsque nous déversons notre fiel numérique ?

Peut-être s’agit il de cette injonction implicite, invisible, pourtant omniprésente sur les réseaux sociaux : soyez vrai. Un ordre de bataille scandé par nos ordinateurs, tablettes, smartphones, smartwatchs, qui vous demande en permanence d’écrire ce qui vous passe par la tête, comme ça, brut. Twitter a été créé à l’origine pour que les gens sachent ce que vous faisiez à n’importe quel moment. Facebook ne vous demande pas votre réflexion pour écrire. En haut de votre journal, il ordonne « exprimez-vous ». Soyez vrai ! Et surtout, ne discutez pas. Vous avez pris une photo ? Facebook vous suggère immédiatement de la mettre en ligne. Et c’est encore plus facile de communiquer avec Facebook live, maintenant. Bon sang, soyez vrai ! Et tiens, Facebook est en train d’investir dans une technologie qui vous permettra de poster directement ce que vous pensez ! Soyez vrai, bon sang ! Et ne passez surtout pas par le tamis grossier de l’esprit. Qui dit vrai dit qu’on ne va pas y penser à deux fois. La réflexion ça sonne faux. Parler vrai, c’est les idioties sortis à longueurs de lofts par les candidats des téléréalités. Allo, t’as pas de shampoing ? Les oreilles ont des murs. C’est utile les agriculteurs, c’est avec leur lait qu’on fait le pain. Les candidats sont parqués dans des enclos, écartelés par les caméras pour qu’on se foute de leur gueule, mais on les présente comme les portes paroles de l’authentique. Et en politique, ne dit-on pas que Trump « parle vrai » ? Parler vrai, c’est dire les pires idioties, horreurs, sous prétexte qu’on s’éloigne enfin de cette satanée bien pensance. Parler vrai, ça ne peut pas être le fruit d’une construction de l’esprit. Dès qu’on réfléchit, on dénature le « vrai ». On devient chiant, prise de tête, enculeur de mouches, enfileur de perles.

Alors soyez vrai, merde. La voilà, l’injonction sournoise et autoritaire des réseaux sociaux qui nous drape de ce sentiment d’immunité et nous pousse au vice. Et ne vous inquiétez pas, c’est sans conséquence. Après tout, nous sommes là pour connecter les gens et rendre le monde meilleur.

Seconde guerre mondiale : la fiction et l’actualité

Par hasard, je finis ‘La part de l’autre », d’Éric Emmanuel Schmitt au moment où enfle une double polémique politique portant sur la seconde guerre mondiale : Marine Le Pen affirme que la France n’est pas responsable de la rafle du Vel d’Hiv, et le porte-parole de la maison blanche affirme qu’Hitler était moins monstrueux que Bachar Al Assad car lui n’avait pas utilisé d’armes chimiques contre son propre peuple.

part-autre.jpg

Or, la Part de l’Autre pose la question suivante : que se serait-il passé si Adolf Hitler avait été admis aux Beaux-Arts durant sa jeunesse, au lieu d’être recalé, comme ça a été le cas. Nous suivons ainsi deux personnes distinctes, Adolf H., qui a réussit son examen, et Hitler, qui le rate, dans deux vies parallèles. Celle d’Adolf H. est une pure fiction, celle d’Hitler est une biographie romancée. Va-t-il évoluer différemment ? La face du monde sera-t-elle été changer ? Je vous laisse lire le livre pour le découvrir.

Fictionnalité, actualité. Nous avons deux déformations de l’histoire radicalement différentes.

La première, la “Part de l’Autre” est romanesque. Elle affiche clairement que ce qui suit est une fiction. Au travers de cette dernière, nous suivant néanmoins l’actualité du XXième siècle. Nous sommes amené à penser le réel, à réfléchir sur l’évolution des individus, même les plus « monstrueux ». L’environnement fait-il l’homme, à quel point peut-il le transformer ? A quel point un homme peut-io impacter son époque ?

Du côté de l’actualité, nous avons une vision des faits qui contredit à peu près tous les travaux d’historiens de ces soixante dernières années, à savoir la non implication de la France dans cette rafle, et la non utilisation d’armes chimiques de la part d’Hitler.  Ces opinions sont posées comme une réalité par des personnes au pouvoir ou aspirants à l’être.

La fiction est un mensonge assumé. Tout comme l’acteur n’est pas le personnage, l’auteur n’est pas le narrateur, nous savons qu’il y a une part de faux dans “la Part de l’Autre”. Nous avons conscience que cette illusion nous permet de réfléchir à notre réalité. Mais que se passe-t-il lorsque, au contraire, on cherche à faire passer des fictions pour la réalité ?

La réalité ? Quelle réalité ? 1/ Introduction

Nous ne vivons pas dans la réalité, mais dans notre interprétation de celle-ci. Entre la réalité et nous, il y a un monde. Heureusement, nous avons des intermédiaires pour faire le lien.

Ces intermédiaires, ce sont les sens et notre esprit. Nos sens nous permettent de voir, goûter, sentir, ressentir la réalité. Notre esprit traduit ces informations brutes de l’extérieur pour les rendre intelligible. Ces outils sont nécessaires et complémentaires. Mais ils sont limités.

Prenons la vue : ce qui nous semble être une perception authentique de l’extérieur est en « réalité » limité : les couleurs sont des ondes de lumières aux longueurs spécifiques. Trop courtes ou trop longues, nous ne les voyons pas. Les rayons ultraviolets qui proviennent du soleil et massacrent notre peau en été sont invisibles à l’œil nu. Nous avons ainsi une limitation dans notre perception de la réalité. Limitation que n’ont pas certains rapaces, qui perçoivent parfaitement ces longues d’ondes, très utiles pour chasser.

Leur vision est-elle « plus » ou « moins » proche de la réalité ? Question ouverte, réponse simple improbable.

(Ce qui est sûr, c’est qu’il y a d’autres ultraviolets auxquels il faut éviter de s’exposer)

Passons à l’ouïe : certaines fréquences sont inaudibles pour l’homme, comme les ultrasons, parfois perceptibles par les jeunes personnes (et certains collégiens taquins s’amusent en classe à émettre ces sons inaudible pour l’adulte qui s’échine à enseigner les fonctions affines ou l’émergence du romantisme). Les chiens perçoivent également ces fréquences d’où la même question que pour les rapaces, et la même difficulté à répondre.

Si vous avez un membre engourdit, de la corne sous les pieds, votre toucher est altéré. Ayez de l’agueusie, vous ne percevrez plus le goût des aliments.

Nous ne pouvons pas sentir certains gaz, notamment le méthane qui fait le bonheur de nos gazinières. CE que nous percevons et que nous associons au gaz (et au danger) est celui du tétrahydrothiophène, utilisé pour palier à ce manque d’odeur.  L’expression « ça sent le gaz » serait plutôt « ça sent le tétrahydrothiophène » ce qui, il est vrai est moins simple.

Il y a des choses que nous ne voyons pas, touchons pas, ne sentons pas. Mais le contraire existe aussi. Nous percevons des choses qui n’existent pas.

Il y a déjà les hallucinations en tout genre, aussi bien due par des psychotropes (la drogue, de tout type et tout format), à cause des sensations de manque, notamment d’alcool (delirium tremens), ou pour des raisons psychique ou psychologique. Il est très dur de dire à la personne que ces araignées géantes qui courent sur le plancher ne sont pas réelles, car elle les voit aussi distinctement qu’elle nous voit nous, qui existons.

Prenons le toucher : certaines personnes amputées disent se plaindre de ce qu’on appelle la douleur du « membre fantôme ». Même si leur main droite n’est plus, elles sont persuadées d’avoir le point serré et souffrent de cette contracture. Le plus intéressant, c’est que le cerveau réagit exactement de la même manière que si un membre existant avait une vrai contracture.

La solution à ce problème est tout aussi fascinante. Les fans de la série House la connaisse déjà : il est possible de mettre un miroir entre la main gauche (entière) et le moignon de la main droite. Visuellement, le patient « voit » sa main droite, cette illusion devient sa réalité. Il lui est ensuite demandé de serrer très fort les poings (dont le poing fantôme). Ensuite, il relâche tout. Et dans certains cas (et après plusieurs répétitions) cette douleur s’en va. L’illusion a eu, pour ses yeux, valeur de réalité.

Si nos sens sont limités, mais nous avons également un nombre limité de sens. S’il apparait que nous en possédons en réalité plus de 5 (il faudrait ajouter le sens de l’équilibre, la perception de la douleur, des températures : voir ici pour plus de précisions), nous ne pouvons pas percevoir les variations magnétiques autours de nous. Certains transhumanisme (personnes souhaitant améliorer les capacités du corps humain grâce à la technologie) ont d’ailleurs décidé de s’implanter des aimants pour ajouter à leurs perceptions celle des champs magnétiques et découvrir un nouvel aspect de la réalité.

Donc, nos sens sont limités, limitent notre perception de la réalité et en ajoutent d’autres qui n’existent pas.

Mais ce n’est pas tout. Car les informations qui nous atteignent sont triturés par notre cerveau avant même que nous en ayons conscience.

Retour à la vision. Ce que nous percevons de l’extérieur est en réalité un flux électrique proposant une image inversée (à la manière d’une lentille de vision, ou, plus prosaïquement, du reflet que renvoie votre cuillère côté creux). Elle n’est pas colorée de partout, est floue sur les pourtours. Pourtant, le cerveau va nous faire parvenir une image colorée, net, et à l’endroit. (Voir ici pour une explication simple. Oui, c’est Hugo l’escargot, mais c’est très clair !)

Vous voyez en permanence votre nez. Si vous ne me croyez pas, arrêtez de lire, baissez les yeux. Vous le voyez à droite et à gauche de votre champs de vision. Nous n’y prettons jamais attention, car le cerveau ignore cette information qu’il estime inintéressante.

Vous notez la profondeur du silence, après un concert particulièrement bruyant ? Vous supportez un bain brûlant après avoir ajouté progressivement de l’eau chaude ? Votre cerveau a ajusté vos perceptions au cours du temps. Au cours d’un bon repas de raclette, vous décidez de quitter la salle à manger pour aller aux toilettes / fumer / appeler quelqu’un / quitter une conversation politique qui tourne mal. A votre retour, l’odeur du fromage vous saisit aux narines. Pourtant, vous ne sentiez rien avant de partir. Encore une fois, le cerveau a ajusté vos sensations.

On s’habitue. A l’odeur du fromage, au bruit d’une rue sous notre fenêtre, à la rugosité d’un drap. Notre cerveau, commandeur en chef, modifie en permanence nos perceptions pour que nous allions à l’essentiel et oublions ce qui est habituel et permanent. Pourquoi une personne endormit devant un film se réveille lorsqu’on éteint la télévision,  ou lorsque la voiture s’arrête ? Car quelque chose de nouveau arrive. Pas de bruyant, de nouveau.

Le cerveau est l’ingénieur principal de ces perceptions. Il rend l’ensemble logique et intelligible. Il met du sens là où il ne pourrait y avoir qu’un magma de couleurs, de sons ou d’odeurs. Il ajuste, aménage, arrange, il est l’interprète de ce que nous percevons, pour que nous puissions comprendre quelque chose à ce foutoir appelé réalité. A ce que reçoive nos sens, il ajoute du sens. Pour que nous ayons l’illusion de percevoir la réalité, il doit la modifier. Il est le traducteur en chef.

Mais comme toute traduction, il y a parfois quelques couacs d’interprétations.

Voyons pour cela cette illusion d’optique particulièrement perverse :

echiquier d'adelson
Echiquier d’Adelson

Un bel échiquier, un cylindre étrange, et des cases de couleurs différentes. Et pourtant, je vous affirme que les cases A et B sont de couleur absolument identique.

Si vous n’aviez généralement jamais vu cette illusion d’optique, vous allez probablement me traiter de menteur parce qu’on ne croit que ce que l’on voit, n’est ce pas ? Et là, on voit deux couleurs différentes, alors bon…

Je vous laisse copier ce dessin sur Paint, tester les couleurs, voir qu’elles ont identiques, réfuter cette évidence en maugréant, recommencer, admettre qu’il y a quelque chose de louche, puis revenir ici.

Le cerveau est logique. Il reconnaît un plateau d’échec où, manifestement, les diagonales sont de couleurs opposées. Ajoutons à cela un jeu d’ombre proposé par le cylindre et il est évident, pour le cerveau, que ces deux cases sont de couleurs différentes, alors il ajuste les tonalités. Et on peut apporter toutes les preuves que l’on souhaite, rien à faire, on continue à percevoir des couleurs différentes. Parfois, certaines traductions du cerveau sont absurdes.

Dans d’autres cas, l’ajout de connaissances permet de modifier les perceptions. Voyez plutôt : que voyez vous ?

illusion mur
Source : 
ici

 

Vous me répondrez certainement un mur. Avec, mettons, un petit caillou au milieu. Votre cerveau se base sur ce qu’il connait déjà, et un caillou dans un mur, c’est logique. Maintenant, je vous apporte une nouvelle information : il y a un cigare planté dans ce mur, et le petit caillou est en fait de la cendre. Retournez sur la photo. Désormais, non seulement vous voyez le cigare, mais vous ne pouvez plus ne pas le voir.

Il est logique qu’il y ait un caillou sur un mur. Beaucoup moins un cigare, alors le cerveau a tout simplement ignoré cette information. Pour appréhender de nouveaux éléments, nous nous basons sur ce que nous connaissons déjà. Cela s’appelle l’expérience. C’est fondamentalement utile, parfois vital, mais cela nous empêche de voir des informations nouvelle. Parfois c’est un cigare dans un mur, parfois c’est quelque chose de plus important.

La bonne nouvelle que prouve cette image, c’est que la connaissance du « truc » modifie notre réalité. En fait, chaque nouvel apprentissage nous permet de voir de nouveaux aspects sur ce qui nous entoure.

N’avez vous pas le sensation, après avoir appris un nouveau mot, de le voir de partout ? C’est normalement, notre réalité s’est modifiée.

Je peux vous prouver là, maintenant, qu’une nouvelle connaissance peut modifier votre réalité. Avec une information, il est possible d’altérer votre vision du monde (à une modeste échelle, n’exagérons rien).

Vous voyez certainement, régulièrement, des affiches, des pages, de publicités pour les montres (généralement autours de la montre se trouve une star hollywoodienne qui souhaite faire de la pub mais également préserver une certaine  image en papier glacé).

Sans doute n’avez-vous rien noté d’étrange sur ces images. Et pourtant, les montres montrent presque toujours le même : 10 h 10. Je vous laisse vous balader dans les rues à la recherche des fameuses affiches, mais si vous êtes impatients, voici une bête recherche google qui le démontrera pas A + B (on retrouve également les stars hollywoodiennes dont je parlais précédemment, qui arrondissent leurs fins de mois à la force du poignet).

Désormais, il est à parier que vous ne verrez plus de la même manière  ces publicités, repérant automatiquement les aiguilles, ne pouvant plus ne pas noter cette singularité. Réalité modifiée.

La connaissance fait évoluer notre perception de la réalité. En bien, en mal, peu importe. L’apprentissage d’une langue étrangère transformera ce qui nous semble des sons indistincts en quelque chose d’intelligible. Une meilleure connaissance de l’art pictural nous fera apprécier différemment un tableau. Au-delà de la perception des sens, du cerveau qui s’en mêle (et parfois s’emmêle), c’est notre expérience entière, nos affinités, nos passions, nos haines, qui sont sollicitées pour nous dire à chaque fois : quelle est la réalité que je perçois ?

Que peut on en conclure ?

Nos sens sont indispensables pour percevoir le monde. Notre cerveau l’est tout autant, pour traduire ces données brutes en quelque chose d’intelligibles. Mais les illusions d’optiques, outre leur côté amusant, révèlent les limites de ces perceptions et prouvent plusieurs choses : nous cherchons à mettre du sens, sans cesse, et cela peut fausser notre perception. Parfois, savoir que nous nous trompons n’enlève pas l’illusion. Parfois, l’ajout de nouvelles connaissances modifie perception, mais empêche également notre ancienne version de la réalité de revenir. Quiconque parle une nouvelle langue n’entendra plus jamais des babillages incompréhensibles. Un tableau ne sera plus un simple tableau pour l’expert en art. Nos sens, notre cerveau, notre identité, influent notre vision de voir le monde.

Et c’est ce monde, justement, que nous allons explorer dans les prochains articles consacré à ce sujet. Nous verrons en quoi le fait d’interpréter sans cesse la réalité oriente notre « vision » des choses.

Le terme « chose » est justement choisit, car les « objets » seront la thématique du prochain volet !

A bientôt !

Le facile et le difficile

magritte_ceci-n-est-pas-une-pipe
Bien sûr, d’après Magritte

 

Le facile est le difficile sont deux notions qu’on utilise à peu près tous les jours, pour appréhender les milliers d’évènements qui parsèment notre quotidien. Notre réveil a été difficile, trouver une place de parking également. On se sent en pleine forme, notre travail du matin nous paraît facile. Coup de fatigue oblige, l’après-midi est difficile alors ce soir on y va easy, facile.

Humains que nous sommes, nous penchons naturellement vers le facile. Nous inventons la roue, raccourcissons les mots, nous avons même des livres de cuisine écrits sous la promesse de cette facilité.

Critère de jugement fondamental, les pensées, les tâches, les actions, sont faciles ou difficiles. Pour un peu de nuance, mettons que l’éventail part de l’extrêmement difficile au très facile. Monter des œufs en neige : plutôt facile. Escalader une montagne à mains nues ? Très difficile. Sauter à l’élastique : paroxysme de la difficulté : impossible.

La considération est simple, l’opposition évidente : les choses sont soit faciles, soit difficiles, jamais les deux. Aussi hermétique que l’huile et l’eau, ces deux notions semblent désespérément inconciliables.

La relation entre ces deux concepts est elle donc une simple opposition ? A regarder de plus près,  leur articulation semble plus “difficile” qu’il n’y paraît. Voyons cela.

1) Le facile, brique élémentaire du difficile.

Arrêtons nous sur une activité jugée difficile. Elle peut généralement se décomposer en éléments plus faciles. Parlons cuisine, et prenons la fabrication des îles flottantes, calvaire pour certains (« pourquoiiiii les œufs ne montent pas ? » « Pourquoiiii je ne parviens pas à préparer une bonne crème anglaise ? »)

Bref, chou blanc pour les œufs à la neige. Mais décomposons cette préparation en plusieurs étapes (en algorithmes, dirons certains) : fabrication de crème anglaise, pochage des blancs d’œufs, cuisson du caramel. Ces éléments pris séparément sont très logiquement plus faciles à réaliser que l’ensemble. L’agrégation de plusieurs éléments faciles offre, nécessairement, un rendu plus difficile.

Il faut donc parfaitement maîtriser ces éléments faciles pour effectuer leur somme. La réussite d’une bonne île flottante dépend de celle de ses subdivisions : crème anglaise, blancs d’œufs pochés, caramel. Si chacun de ces éléments sont encore trop difficile, il suffit de décomposer encore : bien faire chauffer le lait, bien faire monter les œufs… à chaque fois que l’on descend d’un cran, l’action est plus facile.

Cette réflexion s’étend à l’ensemble des actions et des projets. Toute construction difficile se divise en éléments plus faciles. Si ce n’est pas la décomposition d’une action, c’est sa préparation : une personne voulant faire un marathon de 42 kilomètres va d’abord courir 20, puis 30, puis 40, puis 42. L’idée, à reste la même : atteindre la brique qui nous semble la plus facile,et l’utiliser comme matériau de construction pour façonner son objectif.

L’apprentissage de nombreux arts commencent par la répétition de cette « brique élémentaire » : les arts martiaux font travailler des katas. La maitrise du dessin débute par celle des formes géométriques de base. Tout musicien commence par les gammes.

Au final, une chose n’est pas que difficile. Elle est une accumulation de choses plus faciles. Si au lieu de juger un projet irréaliste, nous le considérons comme une succession d’étapes plus abordables, il est plus facile, justement, d’avancer.

Pour la réussite d’un projet, le facteur essentiel n’est plus sa difficulté, mais le temps que nous sommes prêts à consacrer pour déconstruire l’ensemble en étapes plus faciles à effectuer.

2) Le facile est aussi difficile.

Ce n’est pas tout. Toute action, toute activité, n’est jamais facile ou difficile : elle est les deux, car perfectible. La répétition d’un même geste n’est jamais une stricte reproduction. Elle est une progression vers une meilleure connaissance. Considérer la difficulté d’une chose jugée facile permet de la maitriser davantage.

Restons sur les exemples culinaires et prenons le pain, qui possède une recette relativement basique : de la farine, de l’eau tiède, de la levure ou du levain, et hop, enfourné c’est pesé.

Mais le pain, c’est aussi ça :

20170323_170326.png
Concours mondial de boulangerie, salon du Sirha

 

Pour parvenir à un tel niveau, j’imagine que les boulangers ont malaxés des centaines de pâtes, enfournés des milliers de miches pour acquérir à chaque essai une meilleure maitrise des gestes, de la technique, voire de la sculpture.

Chaque action, même facile, peut se considérer difficile en fonction de notre exigence. Aux arts martiaux, les fameux katas sont répétés cent, mille fois. En dessin, une forme géométrique basique peut varier en fonction de la lumière, la perspective, le style…

On juge traditionnellement un restaurant à la qualité de son pain, c’est-à-dire son aliment le plus élémentaire. Ce n’est pas un hasard : si le diable se cache dans les détails, la perfection également.

Et la clé de l’apprentissage se trouve dans la combinaison de ces deux techniques : décomposer chaque difficulté en étapes plus faciles, et prendre conscience de la difficulté intrinsèque de celles ci pour les maitriser parfaitement. Le processus de perfectionnement devient peut-être infini, mais il n’est plus difficile.

 

Si différents, si proches…

citation_unique

On dit souvent qu’au final, nous sommes tous les mêmes. C’est faux. Nous sommes, intrinsèquement, différents.

Tous différents

Tout simplement car nous sommes une somme. Une gigantesque addition, un brassage de génétique, d’environnement, de décisions, frustrations, d’angoisse, de deuils, de réflexions, de grandes  victoires et de petits échecs, et inversement. Et ce joyeux bordel, synthétiquement appelé « moi » ne peut pas être identique à celui d’un autre.

On s’amuse parfois à dire « Le ciel, je le vois bleu. Toi aussi. Mais si ça se trouve, mon bleu, c’est ton vert». Ce qui est peut être le cas pour les perceptions physiques, l’est presque toujours sur nos ressentis. Personne, jamais, n’éprouvera la même chose. L’amour, la haine, ont autant de déclinaisons que d’êtres humains. Mettons des jumeaux, au parcours identique, face à un même évènement : leur perception sera différente.

Ce joyeux bordel, ce « moi », interagit en permanence avec d’autres personnes. Sociabilité et neurones miroirs obliges, nous nous mettons parfois à leur place, ayant recourt à la fameuse empathie.

Sauf que l’empathie ne nous montre pas ce que ressentent les autres. Elle nous fait éprouver ce que nous imaginons qu’ils ressentent, ce qui est foncièrement différent. Nous nous basons pour cela sur la seule expérience que nous avons : la nôtre.

Trouver la preuve à une telle affirmation n’est pas compliqué : il suffit de regarder n’importe quel film à peu près bon. Nous allons ressentir de l’empathie pour des acteurs qui, par définition, ne font que jouer.

127_hours_poster_01

Prenons l’exemple précis et frappant de « 127 heures », de Danny Boyle. Si vous êtes normalement constitués, avec un nombre de neurones miroirs convenable, une des scènes de ce film devrait logiquement vous retourner le ventre. Pourtant, tout est bien évidemment faux.

Notre capacité à nous imaginer à la place des autres nous accompagne au quotidien. Chaque moment, évènement, privé ou public en porte la marque. Nous voyons agir des gens et, nous basant sur notre expérience, nous interprétons. Combien de personnes ont-elles défendues Jacqueline Savage car elles se sont mises à la place de cette dame ? Au contraire, combien de fois précisons nous « Je n’aimerai pas être à sa place » ? Nous ne le saurons jamais. Nous ne pouvons qu’imaginer et donc, très logiquement, nous tromper.

En Asie, les gens sourient fréquemment, même dans des situations peu propices à l’humour. Aux Etats Unis, certaines personnes peuvent passer une soirée avec vous, vous parler comme si vous étiez leur meilleur ami, éclats de rire, tapes dans le dos, et superbement vous ignorer le lendemain. Accusant la douche froide, nous les traitons d’hypocrites. Ce n’est pas le cas. A l’instar du langage, les codes gestuelles évoluent d’une culture à l’autre. A l’empathie de s’adapter.

Pas la peine d’aller au bout du monde pour noter les différences. Les déceptions surviennent jusque dans notre cercle le plus intime. Combien de conflits quotidiens car nous pensions, à tort, être sur la même longueur d’onde ? Combien de déception pour quelque chose que l’on attendait, persuadé de l’avoir soufflé à demi-mot ? Combien de : il ne m’a pas rappelé, ça  veut dire, c’est sûr, qu’il ne m’aime pas… Et ce moment inoubliable, qu’on a partagé ? N’était-ce pas une promesse d’éternité ? Pas forcément. Pour l’autre, ce moment inoubliable n’était peut-être… qu’un moment.

Il y a les mensonges, il y a la manipulation. Mais beaucoup de conflits naissent par ces quiproquos foisonnants du quotidien, cette incapacité à penser que l’autre, même notre âme sœur, n’est pas nous.

Au-delà de ces soucis quotidiens, penser pouvoir se glisser dans la peau des autres révèlent d’autres problèmes.

Si quelqu’un se met à la place d’une personne dépressive, il ne pourra imaginer, mettons, qu’une grande tristesse. Il pensera que la dépression, c’est ça. Et que ce n’est pas si grave.

Nous faisons ce transfert pour comprendre des situations, juger des gens, tirer des conclusions au quotidien. Le harcèlement ? Vivre dans la rue ? Diriger une entreprise ? Un pays ? Je vois bien ce que c’est. Enfin, j’imagine…

On imagine mal. Reconnaître qu’on ne peut pas se mettre à la place des autres est un gage de modestie. Nous ne sommes pas tout le monde. Admettre cette limite permet de trouver une solution alternative pour comprendre : l’échange. Ecouter sans jugement. Appréhender l’altérité.

(Les livres aussi permettent d’enrichir sa compréhension de l’autre en découvrant des mécanismes de pensées différentes)

Même espèce

Il existe une exception essentielle à cette idée. Elle concerne les cas « extrêmes », les kamikazes, pédophiles, violeurs, tueurs d’enfant. Avec eux, généralement on ne peut pas comprendre. Il est impossible de se mettre à leur place. Nous n’avons rien en commun avec ces « individus », considérés en marge de la société.

(Ce n’est pas un hasard si ce sont généralement les exemples cités pour prôner le rétablissement de la peine de mort. J’y reviendrais lors d’un article consacré à la peine capitale).

la-chute-film-2684

 

A la sortie du film « La chute », qui relate les dernières heures d’Adolf Hitler dans son bunker, de nombreuses voix s’étaient élevées pour accuser le film d’humaniser Hitler. Sauf qu’Hitler est bel est bien humain. Le rejeter hors de l’espèce est un moyen de nous dédouaner de ses actes.

Revendiquer la séparation totale d’avec ces individus peut s’avérer dangereux. En les parant d’un statut « non humain », nous leur offrons celui, au choix, de Monstre, de Dieu ou de Martyre. L’aura qui s’en dégage devient tentante, et n’est pas forcément étrangère aux motivations de certains jeunes qui souhaitent entrer dans les rangs djihadistes pour s’arracher de la société. Être autre.

Voilà pourquoi comprendre est une nouvelle fois nécessaire. Ce qui, bien sûr, ne veut pas dire excuser. Comprendre est une démarche scientifique, excuser est un jugement moral.

Appréhender nos différences en tant qu’individu, notre unité en tant qu’espèce. Dans les deux cas, une démarche reste essentielle : l’échange.

En saisissant ces « variations humaines », nous évoluons. Pour nous, oui le ciel est bleu. Si nous apprenons qu’il est vert pour certains, nous continuerons de le voir bleu. Sauf que nous aurons pris conscience des limites de notre vision et de la richesse de la réalité. En comprenant qu’il existe autant d’univers que d’individus, nous enrichissons le nôtre. Ajoutant la modestie du doute à notre empathie, nous la renforçons. Savoir qu’on ne sait pas est une connaissance.

Nous serons toujours distincts les uns les autres. Avoir conscience de ces différences est la première étape pour les dépasser.

___

L’article vous plait ? N’hésitez pas à le partager par email ou via les réseaux sociaux, meilleur moyen de le faire connaître ! Merci !

Recherche nuance désespérément…

A l’instar du point-virgule et des abeilles, le concept de nuance est en voie de disparition. Les énigmes qui pullulent sur Facebook sont forcément réservées aux génies. Pas aux personnes plutôt intelligentes, malheureux. Des génies. Cette musique sera la meilleure chose que vous écouterez aujourd’hui. Et cet article ne va pas vaguement vous intéresser ou vous faire perdre 5 minutes, non. Il va changer votre vie.

A l’instar du point-virgule et des abeilles, le concept de nuance est en voie de disparition. Les énigmes qui pullulent sur Facebook sont forcément réservées aux génies. Pas aux personnes plutôt intelligentes, malheureux. Des génies. Cette musique sera la meilleure chose que vous écouterez aujourd’hui. Et cet article ne va pas vaguement vous intéresser ou vous faire perdre 5 minutes, non. Il va changer votre vie.

Si vous ne partagez pas cette photo, vous n’avez pas de cœur. N’essayez pas de me faire croire que vous n’avez pas le temps ou que vous voulez réduire votre empreinte big data. Pas de cœur, sale égoïste. Vous tentez une opinion nuancée dans un commentaire d’article ? Honte à vous, vous serez brocardé par le prochain troll qui tirera votre argumentation d’un côté ou de l’autre, généralement vers le bas. Pour survivre dans la jungle des réseaux sociaux, l’absolu est une protection, la nuance une faille par laquelle s’introduisent les vociférations numériques.

Cet été, vous étiez pour le burkini ? Dangereux islamophile ! Contre le burkini ? Un laïcard radical, celui là. Vous êtes de gauche ? Vous favorisez l’assistanat. De droite ? Vous seriez raciste que ça ne m’étonnerais pas. Le centre, je n’en parle même pas, aucune idée, vendu au plus offrant. C’est certain.

Dans ce monde jugé dangereux, en évolution permanente, avec ses nouvelles formes de couples, de vie, de genre, avec ses craintes de fin de civilisation et son métissage grandissant, les repères se froissent, les angoisses prospèrent. Crispation salvatrice : l’absolu. Qu’il s’agisse de religion, de posture, où simplement d’idées qu’on brocarde pour se sentir exister.

Mais négliger la nuance n’est pas sans conséquences et elles-ci, justement, peuvent être radicales. A considérer que tous les hommes politiques sont pourris, on ne voit plus l’intérêt de voter pour aucun d’entre eux. A penser que les grandes entreprises du Net savent déjà tout de nous, pourquoi s’embêter à encore protéger nos données personnelles ? A se dire que le climat est, de toute façon, foutu, qu’attendons-nous pour rouler en 4 X 4 et étouffer nous-mêmes les tortues marines ?

Sans faire, à mon tour, de raccourcis faciles, Trump semble être une des conséquences de ce raisonnement. Le système est pourri, Hillary est vérolée jusqu’à la moelle, votons Trump. A deux maux, forcément absolus, prenons celui qui s’assume, qui parle vrai, qui n’essaye pas de nous entourlouper. Celui qui veux drainer le marécage de Washington, lutter contre l’immigration et le terrorisme à coup de mesures chocs et de décrets illégaux.

Trump incarne la non nuance jusque dans son vocabulaire. Les choses ne sont pas « excellent » avec lui, elles sont « very very great »

(je sais que le lien avec 1984 a été fait à maintes reprises, mais c’est surtout la limitation de vocabulaire qui m’interpelle dans ce rapprochement).

Il prend des décisions radicales, fait construire des murs et empêchent des femmes d’avorter à grands renforts de signatures photographiées. Il bloque l’accès à 7 pays à majorités musulmanes (donc, dans l’ « absolu », musulmanes) pour contrer le terrorisme. Résultat, certaines de ces mesures viennent d’être invalidées par la justice américaine et de nombreux experts estiment que de telles directives pourraient au contraire amplifier le développement terroriste au lieu de de le contenir.

Le “parler vrai” se conçoit radical, mais la réalité est complexe. Qu’on le veuille ou non, elle est nuancée. Elle implique le recul, la réflexion, l’équilibre. L’acceptation de l’altérité, du doute. Mais, sollicité de s’affirmer de toutes parts, le « doute » nous secoue dans nos fondements les plus intérieurs, alors on l’évite…

Pourtant il est nécessaire, car il nous amène la subtilité. La nuance n’est pas un apanage, un luxe linguistique qu’on s’autorise dans un zèle de scepticisme. C’est une vision concrète de la réalité, qui épouse ses aspérité, indispensable, à opposer au fantasme de la binarité, du noir et blanc.

—-

Vous aimez cet article ? N’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux, meilleur moyen de le faire connaître. Merci d’avance !

Les “gentilles” victimes

Depuis quelques jours tourne et retourne une information qui provoque émois et débats : les attouchements subis par un jeune homme, Théo, 22 ans par les forces de l’ordre. Des suites d’une interpellation, plusieurs policiers l’ont agressés, potentiellement sexuellement, en enfonçant dans son anus une matraque sur dix centimètres. L’information été diffusée, propagée, portée dans l’espace public et les médias.

Et dans les médias, justement, quelque chose est interpellant : le jeune homme est très régulièrement décrit comme « gentil ». (ici, par exemple, et ici, ici)

Cette précision s’explique, bien sûr. Elle ajoute de l’émotion, humanise la victime, provoque l’empathie et sert, en outre, de contraste radical par rapport à l’acte subit.

Mais cette note sur les qualités humaines de la victime est également dangereuse. Pourquoi l’ajouter ? Si la victime avait été un sombre abruti, l’aurait-on également précisé ? L’acte qu’il a subit aurait-il été considéré moins grave ? Se serait-on dire, alors, qu’il a un peu mérité ce qui lui arrive ?

Théo est peut être, effectivement, gentil, peut-être pas, ce n’est pas le plus important. L’important, c’est ce qu’il a subit, comment, par qui, avec quelles intentions. Décrire une victime comme « gentille » une victime de violence rend l’ensemble fictionnel, et semble suggérer que seuls les « gentils » sont réellement victimes. En présentant les qualités intrinsèques de la personne, on propose une inégalité de traitement médiatique et on atteint directement l’opinion publique, qui possède une influence dans les décisions judiciaires, comme l’atteste la récente affaire « Jacqueline Savage ».

L’une des beautés de la justice est qu’elle est aveugle. A l’instar du médecin qui opère sans a priori, du psy qui traite sans jugement, la justice utilise la même rigueur pour tout le monde, « gentils » comme « méchants ». Elle ne cherche qu’à savoir si les personnes sont coupables, innocentes, victimes, et à quel degré. L’humanité se composant d’une palette de personnalités, les gentils ne sont pas les à être victimes.

Par cette objectivité totale sur les citoyens, l’idéal de la justice se veut impartial. Il ne propose pas univers romancé et manichéen, où les victimes sont forcément gentilles, les coupables forcément de véritables crapules.