La réalité n’est pas celle que vous croyez 2/ Les objets

La réalité, quelle chose fascinante !

Après une introduction à la réalité (et aux limites de notre perception), concentrons nous sur notre vision des objets.

Rien de plus simple me diriez vous ? Attendez un peu. Parlons objets.

Ah, les objets… Agrégats de matériaux, agencés par des machines ou des petites mains parfois chinoises. Mais ils sont aussi bien plus que cela.

Les madeleines

Soyons honnête : même s’il nous est rabâché à longueur d’achats que nous vivons dans un monde désespérément matérialiste, où tout est interchangeable, on s’attache quand même aux objets. On peut raisonner autant qu’on veut, se dire que c’est puéril, mais combien de bibelots sont, chez nous, le lien concret vers un souvenir, une véritable madeleine de Proust qui nous fait revivre un moment, une émotion, qui nous ramène à une personne…

On ne prend pas les objets pour ce qu’ils sont, c’est à dire des objets. En plus de leur utilité première, ils charrient un bout de notre vie. Lorsqu’on déchire de rage la photo de son ex, on déchire son ex. Le vase de sa mère défunte, sur la cheminée, ramène à sa mère dès qu’on pose le regard dessus. Pourquoi nos greniers sont-ils engorgés de cartons dont on refuse de se débarrasser ? Promis chéri, je ferais le tri, un jour… Et cette amphore immonde… mais c’est mon neveu qui me la offert, il paraissait tellement heureux… et ce coussin ramené d’un voyage au bout du monde avec…

Nous sommes effectivement matérialiste, oui, au sens que nous aimons la matière, même des objets désespérément obsolètes. On collectionne les DVD, le vinyle est de retour. Les bibliothèques, comme j’en parlais ici, sont un réservoir à souvenir, chaque livre drainant son achat, les endroits de sa lecture, les frissons qu’il provoqua… Tous ces objets ancrent nos émotions de manière bien plus fiables que nos souvenirs immatériels…

realite objet 3-page-001

Les Pubs

Si une profession a compris que nous ne voyons pas les objets comme de simples objets, ce sont les publicitaires. Ce savon n’est pas qu’un simple savon. C’est 1000 ans de tradition, des arômes uniques, un secret de fabrication savamment gardé. Cette montre attachée à votre poignée ? Symbole de votre liberté nouvelle car avant, bien sûr, vous ne l’étiez pas.

Les publicités sont partout. Elles coulent de la radio dès le matin, tapissent votre ville, s’intercalent à chaque coupure insoutenable de votre série, s’impriment en tartine de papier dans votre magazine, popent up sur votre écran dès que vous êtes connectés. Elles attisent nos sens, les perturbent, les énervent, les excitent, en s’appuyant sur les deux mamelles du marketing : le sein maternel et le sein sexuel.

Maternel. Ah, la famille… Pas celle que vous avez, bien sûr, avec ses squelettes dans les placards, ses non-dits, ses prises de tête et réunions de famille où l’on se rend à reculons et qui sont à rallonge. Une famille idéale, aimante et solidaire. La famille Kinder Bueno. Combien d’objets nous sont vendus comme la promesse d’un lien filial, d’une famille recomposée, d’un secret transmis de mère en fille ? Combien de légume regorgent de fibre paternelle ? Combien de café, confiture, jambon, artichauts surgelés, ne sont en réalité qu’un prétexte à un grand repas de famille, où les yeux ne sont pas rivés sur les portables, où les enfants sont sages, où tonton n’et pas raciste ? Grand-mère sait faire du bon café. Et maintenant c’est moi le grand père. L’ami du petit déjeuner. Consommez, savourez.

Sexuel. Mais la plus grande force de frappe de la pub est le bobard du nibard, la promesse de la fesse. Avec ce parfum, les filles vont tomber du ciel. Rajoute ce gel fixation extrême, je te raconte pas. Et puis ce portable, ce Jean, ces chaussures, cette voiture, cette capote de voiture, cette capote, et c’est plié. Et bien sûr, c’est l’homme qui séduit la femme, ne compliquons pas les stéréotypes. La femme, elle, doit être belle, crème d’épilation, maquillage, gloss, Slim, la femme publicitaire est parfaite, même ses fuites urinaires sont bleu océan.

Le client n’achète plus un objet, mais la promesse d’un futur désirable, d’un sentiment de paix, d’un coït immédiat. Un avenir forcément radieux face à son présent terne. Car avant de vendre son rêve, la publicité lui rappelle bien la médiocre réalité de sa vie actuelle. Il peut la fuir pour la modique somme de 99 francs, c’est une affaire, profitez-en, demain le prix aura doublé.

Il est facile de se moquer, et prendre l’air de celui qui ne tombe pas dans le panneau publicitaire. Mais même si on clame détester la réclame, on s’en souvient. Combien de refrains, de slogans, pouvons-nous réciter par cœur ? William Seurin, il n’y a que Maille qui m’aille, Pour nous, les hommes, Just do It, It s in the Game, Venez comme vous êtes. Ces mélodies entêtantes, à la rime facile, ponctuent nos quotidiens et nous accompagnent dans les vastes rayons de supermarchés.

En au moment de choisir parmi le nombre angoissant de cassoulets, de poeles à frire, de pâtes, que va-t-on choisir ? Nous allons choisir Mercurochrome, le pansement des héros. Nous allons choisir Barilla, l’Italie est là. Nous prenons Maggie Maggie, et vos idées ont du génie, et élisons Mennen, pour nous les hommes.

Deux objets identiques au prix différent, si nous n’en sommes pas à racler les fond de tiroir, nous allons choisir le plus connu, donc le plus cher. Le supplément, c’est la part de rêve que nous a vendu la pub, par rapport à l’autre marque, inconnu et bassement matérielle. Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, elle nous rassure : nous sommes en terrain connu, et la pub est en terrain conquis. Au fond, est ce qu’on n’aimerai pas pouvoir réunir toute notre famille autour d’un bon plat. Est-ce qu’on ne voudrait pas que cette fille nous admire. Cet espoir, c’est l’euro cinquante supplémentaire.

 

L’incarnation

Mais les objets ne sont pas que des réceptacles aptes à recevoir nos souvenirs, nos désirs et nos ambitions. Ils sont également animés d’une vie propre.

Nous le savons dès notre plus tendre enfance. Essayez d’arracher un doudou à un bébé (espèce de monstre). Vous verrez s’il se contente de hausser ses épaules potelées. Non. Vous le privez d’un ami, il vous prive de vos tympans. Cette anthropomorphisation (attribution des qualités humaines à un objet, un animal) ne s’arrête pas là. Combien de films sur des objets qui viennent à la vie ? Combien de Pinocchio, de Vénus d’île, de Buzz l’éclair, de Magicien d’Oz, de Chucky, d’Indien dans le Placard, de Nuits au Musée ? Empathie oblige, en voyant une forme vivant, expressive, nous lui accordons une volonté propre.

réalité_objet_2-page-001

Pourquoi les dictateurs se sentent ils obligés de nous façonner pléthores de statues à leur effigie ? Pour leur gloire, rappeler qui est le patron indéboulonnable, certes, mais n’imaginent ils pas que, tel un horkrux, ils préservent une partie d’eux-mêmes à l’intérieur et gardent un oeil dans tout le pays ? Et pourquoi les peuples en révolte ont-ils le besoin de détruire ces mêmes statues ? Et pour revenir à la pub, n’y a-t-il pas un peu de Robert Downey Junior dans la montre qu’il nous incite à acheter ? Une pointe de Hugh Jackman dans ce stylo ?

Les objets sont vivants et ne sont pas toujours nos amis. Pourquoi insultons nous ce putain de meuble sur lequel nous avons saccagé un petit doigt ? Pourquoi engueulons-nous cette voiture qui ne démarre pas, ce marteau qui nous a éclaté l’ongle, cette raquette qui a laissée passer la balle lors du dernier set ?

Un simple coup de colère et nous jetons notre rationalité aux oubliettes pour chercher un coupable. Ce ne peut pas être nous, c’est forcément l’objet. Et ce n’est pas la peine d’être sous le coup d’une forte émotion pour croire à cette incarnation. Vous connaisse les dakimakuras ?

L’intelligence artificielle

Si des personnes ont bien compris notre faculté à mettre de la vie dans l’inanimé, ce sont les entreprises robotiques et d’intelligence artificiels. Objet immatériel, objet quand même. Alors que l’IA n’a pas (encore) conscience de sa propre existence, tout est fait pour lui donner l’illusion de réflexion humaine. Sur les réseaux, les IA, ou apparenté à, sont présentées comme des êtres humains et généralement, tiens donc, des femmes. Corona, Siri…et les bots, ces petits programmes à l’apparente réflexion humaine qui envahissent les sites pour aider les clients, se multiplient.

La domotique est l’incorporation du numérique dans la maison. Arrivent et vont se développer dans les années qui viennent des « assistants ménagers ». Ces objets, construits par Amazon, Google, Facebook, sont connectés avec tous les objets de votre maison et vont régler le chauffage, le four, vous rappeler ce que vous devez faire demain, vous enjoindre à faire du sport… ils surtout, ils vont tout faire pour que vous oubliez qu’il ne s’agit que d’un objet. Comme les humains, ils réagissent à la voix, répondent, et sont même programmés pour faire des blagues.

Cette « humanité » est rassurante. Cette voix qui nous parle est comme nous. Elle nous permet d’oublier, par exemple, qu’à l’autre bout de ce sympathique objet se trouvent de gigantesques multinationales, indépendantes du droit de notre pays, qui peuvent enregistrer toutes nos conversations et nos mouvements.

Au Japon se développe une intelligence artificielle sous forme de personnages de jeu vidéo féminin (tiens donc) pour accompagner les businessmen Japonais. Businessmen qui, pour faire simple, bossent comme des fous, rentrent tard et sont happés par la solitude froide de leur minuscule appartement dans lequel ils ne passent que quelques heures d’un sommeil peu réparateur avant de repartir au boulot. Cette présence, permettrait justement de ne pas faire sombrer les Japonais dans une certaine déprime, voir une déprime certaine, et espérer faire infléchir le dramatique taux de suicide du pays.

Nous pouvons penser ce que l’on veut de cette solution. Mais cette intelligence artificielle sera comme le reste : une illusion d’humanité, généralement « parfaite » envers son hôte, l’idéal féminin, en tout cas l’idée qu’on se fait de cet idéal. Son attention n’est pas sincère, mais calculé par une série d’algorithmes incluant votre intérêt et celui de l’entreprise qui l’a créée.

De manière plus générale, donner “vie” à des robots et des IA permet de jouer sur les deux sens du mot « humain ». Si un robot est « humain », il rassure. On s’inquiète bien moins du chamboulement de société qui se produit et qui balaye nos références et repoussent les frontières de l’intelligence et de l’humanité.

Cette incarnation de la vie dans les objets n’est pas en marge : elle est déjà là. Est-ce bien, est ce mal, je me garderais bien de trancher, surtout que comme toujours, la réponse emprunte un peu des deux chemins.

L’art et la science-fiction ont depuis longtemps proposés des pistes de réflexions pour ce futur qui, désormais, devient présent. En voilà une petite sélection, bien sûr, non exhaustive : Blade Runner, Black Miroir, Real Human, Ghost in the Shell. Dans une autre catégorie, je conseille également le manga «Full Métal Alchimist » qui au-delà de son histoire intéressante offre une brillante réflexion sur ce qui peut définir un homme : son corps ou son esprit, incarné dans un objet.

Avez vous d’autres œuvres de réflexion sur le sujet à conseiller ? N’hésitez pas, ce blog est fait pour échanger !

A bientôt !