Complots, mon amour !

Ah, les complots !

Parler des complots occupe nos journées. Ils ponctuent nos ascenseurs, nos pauses cafés, nous les relayons sur Internet entre deux likes et une bande-annonce, bref, ils nous accompagnent au quotidien. Comme un petit rituel, après une clope, on s’arrête sur un sujet, généralement complexe, on y réfléchit trois minutes et s’accorde pour dire que de toute façon, on nous ment. Que ce soit pour l’argent, le pouvoir, des intérêts cachés, d’obscures groupes manipulent les politiques, les médias, les candides, pour servir leurs propres intérêts, forcément à l’opposé des nôtres. Nous, au moins, on n’est pas dupes.

L’attentat de Charlie Hebdo ? C’était deux voitures différentes, car les rétroviseurs n’étaient pas de la même couleur. Les traînés blanches derrières les avions ? Des produits chimiques pour réguler la population.  Je le sais, je l’ai lu quelque part. Et ne me lance même pas sur les élections. Les complots, c’est comme l’horoscope. On s’en moque parfois, on y croit un peu, beaucoup, à moitié, seulement certains, les sérieux, le 11 septembre, l’assassinat de Kennedy, les vaccins.

Je reviendrais plus tard sur ce qui fait un complot, ce qui fait qu’on y croit, car c’est fascinant. Aujourd’hui, arrêtons nous sur un aspect très particulier des complots : comment nait la conviction d’un complot. Pourquoi on va décider de croire à un complot.

Commençons par du très lourd :

 

Les partisans de la Terre plate

Je vous entends pouffer derrière vos écrans. La Terre plate ? De nos jours ? Carré, pourquoi pas, histoire d’aller aux quatre coins du monde. Mais plate ? Et pourtant…

Je vous présente la Flat Earth Society. Fondé en 1954, cette société qui a toujours compté quelques milliers d’adhérents avant que ce nombre chute dans les années 1980. Relancé en 2004 via Internet, elle retrouve un regain d’intérêt à travers ses forums. Sans proposer de théorie concrète et précise sur ce que serait une Terre plate, elle critique et réfute tous les arguments prétendants que la Terre est Ronde. Et cette idée est relayée aux Etats Unis par plusieurs célébrités.

Aux Etats Unis, un joueur de la NBA, Kyrie Irving, a affirmé sans frémir que la Terre était plate car c’était évident. Puis il s’est rétracté, puis a dit qu’en fait il y a croyait à moitié. Draymond Green, joueur NBA également, l’a soutenu. Et une autre « vedette » outre Atlantique, le rappeur américain B.o.B. affirme sans fléchir que la terre est plate.

« Peu importe la hauteur de l’élévation à laquelle vous êtes… l’horizon est toujours au niveau des yeux… désolé pour certains… Je ne voulais pas le croire non plus ».

http://www.huffingtonpost.fr/2016/01/26/rappeur-bob-terre-plate-twitter_n_9076096.html

L’argument est donc élémentaire : je regarde l’horizon, il est plat. Donc la Terre est plate.

L’idée est simple : ne s’en référer qu’à soi-même. Je ne crois que ce que je vois. On tente de me convaincre d’autre chose ? alors c’est un mensonge. Et donc la Terre est plate, et le soleil fait la taille de la lune, car je le vois ainsi.

niveau à bulle-page-001.jpg

Ensuite, il convient de trouver une explication à tout ce qui n’entre pas dans cette vérité. Alors nait le complot. Les scientifiques qui tentent de prouver qu’ils ont tort deviennent à la botte des puissants et rejoignent, avec leur absurde « théorie de Terre ronde », la galaxie des gens du système. Et les twittos, les intervenants Facebook, ce sont simplement des gens qui n’ont rien compris.

Les photos satellites ? un montage. Les astronautes : complices. Je ne vous parle même pas de la NASA : ils ont certainement organisé le faux alunissage en 1969.

Une fois qu’on est parti dans ce raisonnement, le monde entier se simplifie. Il y a ceux qui savent, et ceux qui ne savent pas. En restant fidèle à mes perceptions, j’ai raison face à une majorité de gens. Je me distingue. Et dans ce monde absurde où il semble de plus en plus difficile de trouver sa place, croire à un complot me remet au centre du monde. C’est MOI qui voit que la Terre est plate. J’ai raison, mes perceptions ont raisons, les autres ont tort. En classant les gens dans la catégorie des ignorants, des comploteurs, je mets du sens dans le monde. Et mettre du sens à ce que l’on vit, n’est pas ce que l’on cherche tous à faire ?

Alors, peut être que le moyen le plus efficace de lutter contre les théories du complot n’est pas de proposer démentis sur démentis. C’est de trouver un moyen de redonner du sens à la vie des citoyens, pour qu’ils n’aient plus besoin d’utiliser le biais des complots pour le trouver.

 

Les limites de nos sens

L’argument de la Terre plate est bien sûr extrême. Mais on retrouve le même raisonnement dans de nombreuses théories. Le réchauffement climatique ? Je n’ai pas le sentiment qu’il fasse plus chaud. Les attentats de Charlie Hebdo ? J’ai vu (sur des photos, mais quand même) des voitures de couleurs différentes lors des attentats de Charlie Hebdo.

 

retroviseurs_5183907
Source : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/en-direct-charlie-hebdo-deuil-national-en-france-apres-l-attentat_1638506.html

Encore une fois, on s’en remet à nos propres sens. Et qui ne le ferait pas ?

 

Vous, peut-être ?

Vous estimez vous au-dessus de tout complots ?

C’est faux ! La preuve :

Reprenons le fameux échiquier d’Adelson dont je parlais dans un article précédent.

echiquier d'adelson
Comme toujours, je vous garantie que les cases A et B sont de la même couleur

A la totalité des personnes à qui je fais l’expérience, la première réaction sera : ce n’est pas vrai. Tu mens. Il y a une astuce. Personne ne me croit directement. Pourtant, en vous fiant à vos uniques sens et en partant du principe que je vous mens, vous êtes devenu, à votre manière, un (petit) complotiste.

Les complots utilisent nos sens. C’est pourquoi il est si facile d’y croire. Dans un monde de plus en plus trouble, ou tout est remis en question en permanence, croire ce que l’on ressent nous offre une stabilité rassurante. Je le vois, je le touche, c’est donc vrai. Ouf !

Mais, nous l’avons déjà vu, nos sens sont trompeurs. Le cerveau, ce coquin, cherche à mettre de l’ordre dans tout ce qu’il voit, tout ce qu’il perçoit. Il remet les images que nous recevons à l’endroit. Il va atténuer des bruits auxquels nous sommes habitués. Pour plus de précisions : par ici.

Et se fier à nos sens implique une autre erreur : on finit par penser que le monde entier se passe à notre échelle. Reprenons l’idée de la Terre. Oui, elle paraît plate à nos yeux. C’est parce qu’elle est très, très grande par rapport à nous.

terre total-page-001.jpgPour reconnaître qu’elle est sphérique, il faut prendre conscience que ce que nous percevons n’est qu’une partie de la réalité. C’est admettre que nous ne pouvons pas tout percevoir par nous-mêmes. Que nous sommes limités. Nos sens ne nous disent pas toute la vérité. Il y a d’autres moyens, à l’extérieur de nous, qui nous apportent un autre aspect de la vérité. Pour arrêter de croire à un complot, il faut reconnaître que nous n’avons pas la vérité absolue et que nous sommes imparfaits. Ce qui n’est jamais facile.

Croire à un complot est facile : il suffit de rester sur une conviction profonde, un ressentit et de ne pas en démordre, quel que soit les preuves. Et ne pas croire à un complot est plus complexe : il faut admettre que ses propres perceptions et ses connaissances sont limitées et s’en remettre à d’autres pour obtenir de nouvelles informations. En gros, il faut apprendre à faire confiance. Tout un programme !

Pour conclure

Revenons sur le concept de la Terre plate, voulez-vous, et prenons le problème à l’envers :

Sommes-nous vraiment certains que la Terre soit ronde ?

Absurde ? Mais honnêtement, combien d’entre nous a-t-il déjà remis en question cette affirmation ?

Combien d’entre nous ont pu obtenir la preuve, par eux même, de la rotondité de la Terre ? Qu’on ne me parle pas de la légère, très légère courbure que l’on aperçoit parfois d’un avion : les illusions d’optiques existent. La lune, par exemple, paraît plus grande lorsqu’elle est près de l’horizon, et les stars NBA qui, je pense, prennent régulièrement l’avion, n’en démorde pas : même d’un avion, l’horizon est plat.

Admettez-le : les complotistes de la Terre plate ont raison sur un point : nous n’avons jamais remis en question l’idée de la rotondité de la Terre. Nous la prenons pour acquis, car c’est ce que la société nous a appris. La Terre est sphérique, car on nous a toujours dit qu’elle était sphérique. Nous n’avons ni les moyens, ni les connaissances techniques, pour prouver par nous même qu’elle n’est pas ronde.

Le raisonnement à mener est, selon moi, le suivant : poussons la réflexion jusqu’au bout et admettons que la Terre soit effectivement plate. Quelles conséquences ?

Il y aurait un complot pour nous convaincre du contraire, d’accord. En oubliant même l’intérêt d’un tel complot, pensons envergure. Pour maintenir ce secret, combien de personnes doivent-elles être de mèche ? Il faudrait inclure tous les astronautes, de toutes époques et de tous pays. Le complot serait donc mondial et qu’aucun pays, malgré les guerres et les profondes divergences entre eux, n’ont jamais trahit ce secret.

Ce n’est pas tout : il faut inclure les employés de la NASA, de Space X, de toutes les entreprises qui travaillent en rapport avec l’espace, les scientifiques, les techniciens. Mais aussi les géologues, les géographes. Et tous les pilotes d’avions qui ont bien dû se rendre compte qu’au bout d’un moment, en allant dans une direction, ils revenaient à leur point de départ.

Et même en admettant cela. Et acceptant le fait que tous ces gens soient effectivement de mèche. Il faudrait qu’aucune de ces personnes n’ai jamais, à un parent, à un ami, divulgué ce secret. Et ça commence à faire du monde. En cela, ce n’est pas crédible.

Imaginer qu’il y a un complot très bien. Mais encore faut-il pouvoir le tenir.

Cette logique peut s’appliquer sur tous les complots. Prenons le 11 septembre, qui serait fomenté par les Etats Unis. Concrètement, qu’est-ce que cela implique ? Que les compagnies aériennes soient aussi de mèche ? Ainsi que tout le gouvernement ? Et dans un monde où François Hollande se fait remarquer lorsqu’il quitte en scooter sa maîtresse, ou George W. Bush, président de l’époque, s’étouffe avec un Bretzel, aucun secret n’aurait jamais fuité ?

Il est question, dans ces théories, d’avoir placé des explosifs dans les tours. D’accord. Les gardes, les vigiles sont donc de mèche ? Et où on été fabriqué les explosifs ? Accuser de complot, d’accord. Mais il faut aller au bout de la réflexion.

Lors d’un débat sur Internet, on accusait certains laboratoires d’avoir trouvé depuis longtemps le remède du cancer mais, pour de basses raisons financières, ils refusaient de le divulguer. L’un des internautes, qui disait bosser en laboratoire, avait répondu : ne penses-tu pas que de tous les scientifiques qui travaillent là-bas n’ont pas de famille, pas d’ami qui a le cancer ? Ces scientifiques sont-ils dévouer à leur entreprise au point d’ignorer leur proche ?

Car voilà un aspect que beaucoup de complotistes oublient en imaginant un complot mondial : l’aspect humain des supposés comploteurs.

 

La réalité ? Quelle réalité ? 1/ Introduction

Nous ne vivons pas dans la réalité, mais dans notre interprétation de celle-ci. Entre la réalité et nous, il y a un monde. Heureusement, nous avons des intermédiaires pour faire le lien.

Ces intermédiaires, ce sont les sens et notre esprit. Nos sens nous permettent de voir, goûter, sentir, ressentir la réalité. Notre esprit traduit ces informations brutes de l’extérieur pour les rendre intelligible. Ces outils sont nécessaires et complémentaires. Mais ils sont limités.

Prenons la vue : ce qui nous semble être une perception authentique de l’extérieur est en « réalité » limité : les couleurs sont des ondes de lumières aux longueurs spécifiques. Trop courtes ou trop longues, nous ne les voyons pas. Les rayons ultraviolets qui proviennent du soleil et massacrent notre peau en été sont invisibles à l’œil nu. Nous avons ainsi une limitation dans notre perception de la réalité. Limitation que n’ont pas certains rapaces, qui perçoivent parfaitement ces longues d’ondes, très utiles pour chasser.

Leur vision est-elle « plus » ou « moins » proche de la réalité ? Question ouverte, réponse simple improbable.

(Ce qui est sûr, c’est qu’il y a d’autres ultraviolets auxquels il faut éviter de s’exposer)

Passons à l’ouïe : certaines fréquences sont inaudibles pour l’homme, comme les ultrasons, parfois perceptibles par les jeunes personnes (et certains collégiens taquins s’amusent en classe à émettre ces sons inaudible pour l’adulte qui s’échine à enseigner les fonctions affines ou l’émergence du romantisme). Les chiens perçoivent également ces fréquences d’où la même question que pour les rapaces, et la même difficulté à répondre.

Si vous avez un membre engourdit, de la corne sous les pieds, votre toucher est altéré. Ayez de l’agueusie, vous ne percevrez plus le goût des aliments.

Nous ne pouvons pas sentir certains gaz, notamment le méthane qui fait le bonheur de nos gazinières. CE que nous percevons et que nous associons au gaz (et au danger) est celui du tétrahydrothiophène, utilisé pour palier à ce manque d’odeur.  L’expression « ça sent le gaz » serait plutôt « ça sent le tétrahydrothiophène » ce qui, il est vrai est moins simple.

Il y a des choses que nous ne voyons pas, touchons pas, ne sentons pas. Mais le contraire existe aussi. Nous percevons des choses qui n’existent pas.

Il y a déjà les hallucinations en tout genre, aussi bien due par des psychotropes (la drogue, de tout type et tout format), à cause des sensations de manque, notamment d’alcool (delirium tremens), ou pour des raisons psychique ou psychologique. Il est très dur de dire à la personne que ces araignées géantes qui courent sur le plancher ne sont pas réelles, car elle les voit aussi distinctement qu’elle nous voit nous, qui existons.

Prenons le toucher : certaines personnes amputées disent se plaindre de ce qu’on appelle la douleur du « membre fantôme ». Même si leur main droite n’est plus, elles sont persuadées d’avoir le point serré et souffrent de cette contracture. Le plus intéressant, c’est que le cerveau réagit exactement de la même manière que si un membre existant avait une vrai contracture.

La solution à ce problème est tout aussi fascinante. Les fans de la série House la connaisse déjà : il est possible de mettre un miroir entre la main gauche (entière) et le moignon de la main droite. Visuellement, le patient « voit » sa main droite, cette illusion devient sa réalité. Il lui est ensuite demandé de serrer très fort les poings (dont le poing fantôme). Ensuite, il relâche tout. Et dans certains cas (et après plusieurs répétitions) cette douleur s’en va. L’illusion a eu, pour ses yeux, valeur de réalité.

Si nos sens sont limités, mais nous avons également un nombre limité de sens. S’il apparait que nous en possédons en réalité plus de 5 (il faudrait ajouter le sens de l’équilibre, la perception de la douleur, des températures : voir ici pour plus de précisions), nous ne pouvons pas percevoir les variations magnétiques autours de nous. Certains transhumanisme (personnes souhaitant améliorer les capacités du corps humain grâce à la technologie) ont d’ailleurs décidé de s’implanter des aimants pour ajouter à leurs perceptions celle des champs magnétiques et découvrir un nouvel aspect de la réalité.

Donc, nos sens sont limités, limitent notre perception de la réalité et en ajoutent d’autres qui n’existent pas.

Mais ce n’est pas tout. Car les informations qui nous atteignent sont triturés par notre cerveau avant même que nous en ayons conscience.

Retour à la vision. Ce que nous percevons de l’extérieur est en réalité un flux électrique proposant une image inversée (à la manière d’une lentille de vision, ou, plus prosaïquement, du reflet que renvoie votre cuillère côté creux). Elle n’est pas colorée de partout, est floue sur les pourtours. Pourtant, le cerveau va nous faire parvenir une image colorée, net, et à l’endroit. (Voir ici pour une explication simple. Oui, c’est Hugo l’escargot, mais c’est très clair !)

Vous voyez en permanence votre nez. Si vous ne me croyez pas, arrêtez de lire, baissez les yeux. Vous le voyez à droite et à gauche de votre champs de vision. Nous n’y prettons jamais attention, car le cerveau ignore cette information qu’il estime inintéressante.

Vous notez la profondeur du silence, après un concert particulièrement bruyant ? Vous supportez un bain brûlant après avoir ajouté progressivement de l’eau chaude ? Votre cerveau a ajusté vos perceptions au cours du temps. Au cours d’un bon repas de raclette, vous décidez de quitter la salle à manger pour aller aux toilettes / fumer / appeler quelqu’un / quitter une conversation politique qui tourne mal. A votre retour, l’odeur du fromage vous saisit aux narines. Pourtant, vous ne sentiez rien avant de partir. Encore une fois, le cerveau a ajusté vos sensations.

On s’habitue. A l’odeur du fromage, au bruit d’une rue sous notre fenêtre, à la rugosité d’un drap. Notre cerveau, commandeur en chef, modifie en permanence nos perceptions pour que nous allions à l’essentiel et oublions ce qui est habituel et permanent. Pourquoi une personne endormit devant un film se réveille lorsqu’on éteint la télévision,  ou lorsque la voiture s’arrête ? Car quelque chose de nouveau arrive. Pas de bruyant, de nouveau.

Le cerveau est l’ingénieur principal de ces perceptions. Il rend l’ensemble logique et intelligible. Il met du sens là où il ne pourrait y avoir qu’un magma de couleurs, de sons ou d’odeurs. Il ajuste, aménage, arrange, il est l’interprète de ce que nous percevons, pour que nous puissions comprendre quelque chose à ce foutoir appelé réalité. A ce que reçoive nos sens, il ajoute du sens. Pour que nous ayons l’illusion de percevoir la réalité, il doit la modifier. Il est le traducteur en chef.

Mais comme toute traduction, il y a parfois quelques couacs d’interprétations.

Voyons pour cela cette illusion d’optique particulièrement perverse :

echiquier d'adelson
Echiquier d’Adelson

Un bel échiquier, un cylindre étrange, et des cases de couleurs différentes. Et pourtant, je vous affirme que les cases A et B sont de couleur absolument identique.

Si vous n’aviez généralement jamais vu cette illusion d’optique, vous allez probablement me traiter de menteur parce qu’on ne croit que ce que l’on voit, n’est ce pas ? Et là, on voit deux couleurs différentes, alors bon…

Je vous laisse copier ce dessin sur Paint, tester les couleurs, voir qu’elles ont identiques, réfuter cette évidence en maugréant, recommencer, admettre qu’il y a quelque chose de louche, puis revenir ici.

Le cerveau est logique. Il reconnaît un plateau d’échec où, manifestement, les diagonales sont de couleurs opposées. Ajoutons à cela un jeu d’ombre proposé par le cylindre et il est évident, pour le cerveau, que ces deux cases sont de couleurs différentes, alors il ajuste les tonalités. Et on peut apporter toutes les preuves que l’on souhaite, rien à faire, on continue à percevoir des couleurs différentes. Parfois, certaines traductions du cerveau sont absurdes.

Dans d’autres cas, l’ajout de connaissances permet de modifier les perceptions. Voyez plutôt : que voyez vous ?

illusion mur
Source : 
ici

 

Vous me répondrez certainement un mur. Avec, mettons, un petit caillou au milieu. Votre cerveau se base sur ce qu’il connait déjà, et un caillou dans un mur, c’est logique. Maintenant, je vous apporte une nouvelle information : il y a un cigare planté dans ce mur, et le petit caillou est en fait de la cendre. Retournez sur la photo. Désormais, non seulement vous voyez le cigare, mais vous ne pouvez plus ne pas le voir.

Il est logique qu’il y ait un caillou sur un mur. Beaucoup moins un cigare, alors le cerveau a tout simplement ignoré cette information. Pour appréhender de nouveaux éléments, nous nous basons sur ce que nous connaissons déjà. Cela s’appelle l’expérience. C’est fondamentalement utile, parfois vital, mais cela nous empêche de voir des informations nouvelle. Parfois c’est un cigare dans un mur, parfois c’est quelque chose de plus important.

La bonne nouvelle que prouve cette image, c’est que la connaissance du « truc » modifie notre réalité. En fait, chaque nouvel apprentissage nous permet de voir de nouveaux aspects sur ce qui nous entoure.

N’avez vous pas le sensation, après avoir appris un nouveau mot, de le voir de partout ? C’est normalement, notre réalité s’est modifiée.

Je peux vous prouver là, maintenant, qu’une nouvelle connaissance peut modifier votre réalité. Avec une information, il est possible d’altérer votre vision du monde (à une modeste échelle, n’exagérons rien).

Vous voyez certainement, régulièrement, des affiches, des pages, de publicités pour les montres (généralement autours de la montre se trouve une star hollywoodienne qui souhaite faire de la pub mais également préserver une certaine  image en papier glacé).

Sans doute n’avez-vous rien noté d’étrange sur ces images. Et pourtant, les montres montrent presque toujours le même : 10 h 10. Je vous laisse vous balader dans les rues à la recherche des fameuses affiches, mais si vous êtes impatients, voici une bête recherche google qui le démontrera pas A + B (on retrouve également les stars hollywoodiennes dont je parlais précédemment, qui arrondissent leurs fins de mois à la force du poignet).

Désormais, il est à parier que vous ne verrez plus de la même manière  ces publicités, repérant automatiquement les aiguilles, ne pouvant plus ne pas noter cette singularité. Réalité modifiée.

La connaissance fait évoluer notre perception de la réalité. En bien, en mal, peu importe. L’apprentissage d’une langue étrangère transformera ce qui nous semble des sons indistincts en quelque chose d’intelligible. Une meilleure connaissance de l’art pictural nous fera apprécier différemment un tableau. Au-delà de la perception des sens, du cerveau qui s’en mêle (et parfois s’emmêle), c’est notre expérience entière, nos affinités, nos passions, nos haines, qui sont sollicitées pour nous dire à chaque fois : quelle est la réalité que je perçois ?

Que peut on en conclure ?

Nos sens sont indispensables pour percevoir le monde. Notre cerveau l’est tout autant, pour traduire ces données brutes en quelque chose d’intelligibles. Mais les illusions d’optiques, outre leur côté amusant, révèlent les limites de ces perceptions et prouvent plusieurs choses : nous cherchons à mettre du sens, sans cesse, et cela peut fausser notre perception. Parfois, savoir que nous nous trompons n’enlève pas l’illusion. Parfois, l’ajout de nouvelles connaissances modifie perception, mais empêche également notre ancienne version de la réalité de revenir. Quiconque parle une nouvelle langue n’entendra plus jamais des babillages incompréhensibles. Un tableau ne sera plus un simple tableau pour l’expert en art. Nos sens, notre cerveau, notre identité, influent notre vision de voir le monde.

Et c’est ce monde, justement, que nous allons explorer dans les prochains articles consacré à ce sujet. Nous verrons en quoi le fait d’interpréter sans cesse la réalité oriente notre « vision » des choses.

Le terme « chose » est justement choisit, car les « objets » seront la thématique du prochain volet !

A bientôt !

Collision

livre

Il le repère tout de suite. Une attitude inhabituelle, démarche stressée, visage nerveux. Dans son métier, tout se fait à l’instinct. Vu le flux de personnes qui entrent et sortent en permanence, il n’a pas le temps de réfléchir. Il sent les gens, les situations et en général il n’est pas mauvais.

L’homme est grand, une écharpe bleue enroulée autour du cou et s’approche pour entrer. Il porte un grand sac qu’il voudrait bien vérifier, mais il est occupé par une autre fouille qu’il ne peut interrompre. Les regards se croisent, l’homme le repère, accélère le pas, le timing est parfait et quand il a fini avec la fouille actuelle, l’homme est déjà dans les profondeurs du magasin.

Il sent bien que la personne a accéléré pour ne pas être contrôlée. D’un coup de talkie, il fait une description rapide de l’individu à son collège à l’intérieur et lui demande de garder un œil sur lui.

Toute personne qui entre finira par sortir. Il attend, continu son boulot, effectue quelques fouilles. Fin de semaine, fin de journée, par ailleurs difficile, beaucoup de monde, et déjà quelques tentatives de vols qui l’ont mis sur les dents.

Vingt minutes se passent, il n’oublie pas. Son collègue l’a rappelé par talkie pour lui expliquer que le gaillard est passé deux fois près des bouquins, deux tours complets du magasin, et là, il a disparu depuis 10 minutes.

Et le voilà qui ressort. Pas par les caisses, bien sûr. Il revient, comme si de rien n’était, par l’entrée. Repérant le vigil, il accélère à nouveau le pas pour tenter une nouvelle fois d’éviter la fouille. Il ne bipe pas sous les portiques, mais les bouquins ne sont pas magnétisés…

Cette fois, il l’interpelle. Calmement, il demande

« S’il vous plait monsieur, contrôle du sac ».

L’homme devient immédiatement mal à l’aise. Le sac tombe par terre, l’homme cherche la fermeture éclair, un côté, puis l’autre, puis revient sur le première côté, enfin il ouvre.

Et le livre est là, juste sous la surface de la fermeture éclair. Un poche, fourré à la sauvette, au-dessus de tout ce que contient le sac, une tablette, des vêtements.

Le visage du jeune homme qui se décompose en dit encore plus long que la situation.

« Vous avez le ticket de caisse de ce livre ?

– Oui, balbutie l’homme, quelque part dans le livre, sûrement. »

Quelque part dans le livre. Il fait défiler les pages et ne trouve rien.

« Ah, bredouille l’homme. Je sais pas où il est alors… »

D’une voix très calme, il continu :

« Vous l’avez acheté où ?

– Ici… mais pas aujourd’hui. Hier…

– Vous êtes passé hier acheter le livre et vous êtes revenu aujourd’hui, et vous n’avez rien acheté ?

– Oui.

– On vous a vu passer deux fois par le rayon livre aujourd’hui.

– Juste pour voir. »

Juste pour voir…

« Attendez, dit l’homme soudain. J’ai une carte Fnac, on peut voir l’achat d’hier, peut être… »

Il vérifie. Aucune trace d’un quelconque achat la veille. C’est plié. Sauf que…

Continue reading “Collision”