La problèmatique de l’efficacité démocratique

Petit article en réaction à la mise en examen du député Thierry Solère.

La corruption en politique

Pour situer, ce député, ancien Les Républicains, désormais La République en Marche, est mit en examen aujourd’hui (11 octobre) pour : fraude fiscale, détournement de fonds publics, recel de violation du secret professionnel, trafic d’influence, recel d’abus de biens sociaux, recel d’abus de confiance et financement illicite de campagnes électorales.

Crédit photo : le Point.

Et généralement, après ce genre d’informations, de plus en plus fréquentes, les réactions, forcément à chaud car réseaux sociaux, ne se font pas attendre : les politiciens sont de plus en plus corrompus. Et donc, l’état de notre démocratie va mal.

Mais est ce vraiment la bonne manière de voir les choses ? La véritable interprétation ne serait elle pas, plutôt, que de plus en plus d’élus sont arrêtés en train de frauder. Et c’est entièrement différent.

Est ce qu’une autre interprétation de la situation ne pourrait pas être la suivante : des élus fraudeurs ont toujours été présents, mais la véritable progression démocratiques, c’est qu’on les démasque de plus en plus vite.

Aussi, selon moi, à chaque fois qu’une affaire de corruption ou de fraude d’élus éclates, plutôt que de blâmer la corruption d’élus, il faudrait célébrer nos instances démocratiques qui font de mieux en mieux leur job, en les démasquant, en les punissants.

C’est tout le paradoxe démocratique : plus les instances de surveillances sont efficaces et transparentes, plus les affaires louches, et illégales, sont mis en avant. Et beaucoup en viennent à penser que le système est corrompu, alors que le simple fait que l’on puisse faire sortir ces affaires est la preuve que justement, le système anti-corruption, le processus anti-fraude, fonctionne à pleins régimes.

Prenons, à titre de comparaison, la Russie, je suis à peu près persuadé que le nombre d’élus corrompus est – au moins – aussi grands qu’en France (la corruption est en réalité bien plus grande et surtout, systémique). Et je suis tout aussi persuadé, à moins qu’un russophone ne me contredise, que les révélations de corruptions sont beaucoup, beaucoup moins importantes.

Quelques articles intéressants ici, et .

Donc si on fait une simple comparaison numéraire, on pourrait penser : affaires de corruption révélées en France : beaucoup, affaires de corruption révélées en Russie : infime, donc il y a moins de corruption en Russie. Mais un raisonnement plus juste pourrait être de dire : il y a plus d’affaires révélées en France, car les instances anti-corruptions et anti-fraudes sont bien plus importantes.

Encore une fois, et comme toujours, il faut se méfier de la manière de l’on perçoit les choses. Et comment interpréter les informations que l’on reçoit. Parfois, ce qui semble une mauvaise nouvelle est en réalité un bon signe.

Un parallèle.

Drapeau de la Suède, Drapeaux du pays Suède

Sur un autre sujet, le harcèlement sexuel, la Suède est souvent pointé du doigt car recevant un nombre extrêmement importantes de plaintes pour agressions sexuelles, et viols. Et les raccourcis vont bon train, accusant ce pays d’être à vivier d’immondes ordures. Mais une autre manière de voir les choses (à mon avis la bonne) seraient de se dire que ce pays, au contraire, ne laisse rien passer en terme d’agression sexuelle. Et que les femmes victimes portent plaintes de manière bien plus récurentes. Ce qui est moins le cas en France, où pourtant, proportionnellement, il y a beaucoup moins d’agressions sexuelles… déclarées.

(Si vous voulez quelques stats sur le sujet : https://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/submitViewTableAction.do, extraits du site : https://ec.europa.eu/eurostat/fr/web/crime/data/database)

A bientôt,